Page:Bibliothèque de l’École des chartes - 1897 - tome 58.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA MORT ET LES FUNÉRAILLES
DE
PHILIPPE LE BEL
D’APRÈS
UN COMPTE RENDU À LA COUR DE MAJORQUE


Les archives d’Aragon, si riches en documents relatifs à l’histoire de France, conservent dans la collection des Cartas reales une lettre missive[1] qui intéresse celle-ci d’une manière spéciale, c’est le récit circonstancié de la mort et des funérailles de Philippe le Bel, fait à Guillaume de Canet[2], lieutenant du roi de Majorque, par un personnage du nom de Guillaume Baldrich. À quel titre l’auteur de cette pièce se trouvait-il dans notre pays ? Nous ne le savons pas au juste ; l’on peut, toutefois, supposer qu’il avait été chargé par son souverain d’une mission[3] auprès de Philippe IV ; on n’ignore pas, en effet, combien furent nombreux au xive siècle les rapports du royaume de Majorque avec la France.

En tout cas, sa présence à Paris, à l’époque de la mort du monarque français, lui permit de recueillir des détails fort

  1. Nous avons eu connaissance de ce texte, il y a plusieurs années déjà, lorsqu’il a été découvert et copié par l’illustre et bien regretté D. Manuel de Bofarull. La mort ayant empêché ce savant de le livrer à l’impression, D. Francisco de Bofarull a eu l’amabilité de nous remettre la copie de son père. Nous nous sommes également servi d’une photographie que nous avons fait prendre de ce curieux document.
  2. Ce seigneur, l’un des vassaux les plus importants du royaume de Majorque, portait un nom très connu dans l’histoire de ce pays.
  3. D. Francisco de Bofarull a bien voulu, sur notre demande, dépouiller les registres de Barcelone dans lesquels il est particulièrement question des ambassades de cette époque. Il n’y a malheureusement rien trouvé sur Guillaume Baldrich.