Page:Bibliothèque de l’École des chartes - 1897 - tome 58.djvu/139

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chardin, on peut tirer d’utiles renseignements sur les premières copies exécutées par Dupuy ou sous sa direction. L’éditeur de cette note n’avait su à qui l’attribuer ; les mentions que l’on peut relever sur les titres d’un autre exemplaire où elle figure également[1] permettent de conclure d’une façon certaine qu’elle est d’un M. de Verthamon, sans doute François de Verthamon, seigneur de Bréan, maître des requêtes. D’après lui, ces premières furent au nombre de trois :

1o L’exemplaire original écrit de la main de Dupuy et de celle de Godefroy. C’est celui qui forme les vol. 162 à 169 et 171 de la collection Dupuy et qui a été décrit ci-dessus.

2o Une copie écrite de la main de Dupuy, et de celle de Godefroy, reliée en veau, aux armes et au chiffre de Louis XIII, laquelle fut cédée par les rédacteurs au cardinal de Richelieu. Elle est arrivée avec les manuscrits de la Sorbonne à la Bibliothèque nationale, où elle porte dans le fonds français les nos 23166-23181 et non pas, comme on l’a dit[2], les nos 21096-21103.

3o Une autre copie d’une autre main, « fort bien escrite et correcte, reliée en veau, » prêtée par Dupuy en 1648 à M. de Verthamon.

Mais il paraît que, de son côté, Godefroy possédait un exemplaire dont la disposition était très différente. On voit en effet à la fin du ms. fr. 21103 une « table de l’inventaire des titres du Trésor des chartes de M. Godefroy, dont les volumes sont en un autre ordre que ceux de Monsieur Dupuy. » Cette table est malheureusement rédigée d’une façon assez incohérente ; on en peut cependant reconstituer une assez grande partie pour reconnaître que l’inventaire de Godefroy était partagé en quinze volumes et que l’ordre des matières était assez semblable à celui d’un exemplaire en onze volumes conservé aux Archives nationales sous les cotes JJ 290 à 300, pour qu’on puisse considérer celui-ci comme l’un de ses dérivés. Cet exemplaire, qui paraît être du xviie siècle, est ainsi composé :


Volume I (JJ 290). — Paris et Orléans. En tête se trouve transcrit l’État sommaire dont il a été question plus haut.

  1. Cet exemplaire est conservé à la section historique des Archives nationales (ancien JJ 585).
  2. Bibliothèque de l’École des chartes, 1896, p. 541.