Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/120

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FI-d120-fig. 43 - Tracé sphygmomanométrique (calcul mental).png
Fig. 43. — Tracé sphygmomanométrique pris immédiatement après celui de la figure 42. Le sujet faisait un calcul mental compliqué : multiplication de trois chiffres par deux chiffres. Sujet assis. Pression graduellement croissanle de 0 à 140 millimètres. On remarque que le pouls disparaît environ à 125 millimètres, tandis qu’à l’état de repos, il disparait déjà à 110 millimètres ; il y a donc une augmentation nette de la pression sanguine sous l’influence du travail intellectuel.



FI-d120-fig. 44 - Tracé sphygmomanométrique (effort physique).png
Fig. 44. — Tracé sphygmomanométrique pris immédiatomont après celui de la figure 43. Le sujet fait un effort musculaire consistant à tenir la jambe soulevée pendant quatre minutes. Sujet assis. Pression graduellement croissante depuis 0 jusqu’à 180 millimètres. On remarque que, dans ce cas, le pouls ne disparaît qu'après une pression de 140 millimètres, tandis qu'à l’état de repos il disparaît environ à 110 millimètres, et pendant le calcul mental il disparaît à 125 millimètres environ.