Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/154

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V
INFLUENCE DU TRAVAIL INTELLECTUEL
sur la respiration

On possède aujourd’hui en physiologie un grand nombre de méthodes et d’instruments permettant d’étudier dans tous ses détails la fonction respiratoire. Ces méthodes peuvent être divisées en trois catégories :

1° Il y a d’abord la méthode graphique consistant à enregistrer les changements de dimension que présente le thorax pendant les actes respiratoires. Au moyen de pneumographes de différents types, appliqués sur la poitrine, on inscrit le nombre des respirations par minute, ou pour un temps quelconque, la durée des différentes périodes — inspiration, expiration et pause — composant un acte respiratoire complet, l’intensité de ces mouvements, leur forme, leurs accidents.

2° Une seconde méthode consiste à mesurer avec des spiromètres et des gazomètres la quantité d’air utilisé dans la respiration ; on distingue la quantité maxima d’air qui peut être contenue dans les poumons, la quantité maxima qu’on peut expirer avec effort après une forte inspiration, et la quantité moyenne qui entre et qui sort à chaque respiration normale, ou pendant une expérience particulière.

3° Une troisième méthode consiste dans l’analyse chimique du gaz ayant servi à la respiration ; on dose l’oxy-