Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


changements d’influence psychique. La course de vitesse a produit une autre modification respiratoire, elle a égalisé l’inspiration et l’expiration ; cette dernière est devenue aussi rapide que l’inspiration et la pause a été supprimée.

Nous ne nous attarderons pas sur les effets que l’effort physique local produit dans le mécanisme des mouvements respiratoires, la question est trop complexe pour être traitée ici accessoirement ; nous passerons tout de suite à l’étude du travail intellectuel. Cette question a été étudiée par plusieurs auteurs, Delabarre[1], Lehmann[2], Binet et Courtier[3] et enfin Mac Dougall[4] ; on a surtout envisagé les effets d’un calcul mental.

Nous mettons sous les yeux du lecteur le tracé 2 de la figure 62, qui a l’avantage d’avoir été pris sur le même sujet, avec le même pneumographe, le même tambour et la même plume que les tracés de repos et de course. De cette manière, la comparaison du travail intellectuel avec le repos et la course est beaucoup plus facile. On commence par prendre la respiration normale. Le tracé, comme toujours, se lit de gauche à droite ; la ligne des temps porte des repères marqués toutes les cinq secondes. Au point marqué d’une croix, on donne au sujet la multiplication suivante :  ; et il commence aussitôt à la faire mentalement. Ce travail lui a paru très pénible. Voici son observation, rédigée par lui-même aussitôt après :

« Lorsque j’entends les nombres dont il faut faire le produit, la première question que je me pose est de savoir comment je dois faire la multiplication ; quelques secondes suffisent pour décider de calculer d’abord le produit de 30 par 70, puis de retrancher 30 de ce produit, ce qui donnera le produit de 30 par 69 ; ensuite calculer le produit de 2 par 69 et l’ajouter au produit précédent.

  1. Revue philosophique, 1892.
  2. Philosophische Studien, 1894.
  3. Année psychologique, II.
  4. Psychological Review, 1896, mars.