Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par le sang qui le traverse, par les sensations centripètes qui lui arrivent, ou par des influx nerveux provenant d’autres parties du névraxe ; 2° la respiration est également influencée par la composition chimique du sang et des gaz qui y sont dissous ; 3° elle est chargée de réglementer la chaleur du corps ; 4° elle obéit à des actions psychiques volontaires et à des actions inconscientes. Il est fort difficile de faire la part de ces différents facteurs.

Quantité d’air utilisée par la respiration. — Pour déterminer l’état de la respiration d’un individu il ne suffit pas de connaître le nombre de ses mouvements respiratoires et sa courbe pneumographique, il faut encore savoir la quantité d’air expirée ou inspirée et puis déterminer la composition chimique des gaz expirés. Ces déterminations doivent être faites pour compléter les données que nous avons décrites précédemment.

Il n’existe pas encore d’étude sur l’influence que le travail intellectuel exerce sur la quantité d’air utilisée par la respiration ; mais pour montrer l’importance de ces déterminations nous donnerons quelques chiffres indiquant les variations de cette quantité sous l’influence d’autres conditions extérieures.

D’après Regnard, un homme de 160 centimètres de taille et de 60 kilogrammes de poids, faisant douze respirations par minute à l’état de repos, inspire pendant une minute 6 000 centimètres cubes.

D’après Vierordt, à chaque inspiration un adulte inspire 500 centimètres cubes.

Enfin, d’après Smith, un adulte inspire par minute :

Couché 
7 373 centimètres cubes.
Assis 
8 733
Marchant avec une vitesse de 3,2 km. par heure 
13 091
Marchant avec une vitesse de 4,8 km. 
16 844
Grand effort de course 
30 401
Sommeil 
5 767