Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/178

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en déduire des théories et des explications sur les effets de l’attention.

Les recherches de laboratoire faites sur des adultes sont celles qui doivent nous inspirer le plus de confiance ; il faut les faire passer avant les recherches sur des malades, et surtout avant les recherches sur les hystériques.

Un auteur allemand, Heinrich[1] a étudié l’influence produite sur les muscles de l’œil par la fixation de l’attention sur des impressions sensorielles et par un calcul mental. Ce sont surtout les variations de la largeur de la pupille et du degré d’accommodation du cristallin que l’auteur a étudiées ; on mesurait la grandeur de la pupille et le rayon du cristallin au moyen d’un ophtalmomètre. Comme la grandeur de la pupille varie beaucoup avec l’éclairage, il fallait rendre celui-ci aussi constant que possible. Les expériences étaient faites dans une chambre noire, dont on réglait l’éclairage avec un volet qu’on ouvrait plus ou moins. Le sujet arrivait toujours à la même heure, on lui bandait l’œil droit et on fixait sa tête pour éviter tous les déplacements. Les observations étaient toutes faites sur l’œil gauche seulement.

Le sujet devait porter son attention soit sur un point fixé devant lui, soit sur un objet éclairé qui lui était présenté dans la vision indirecte sous un angle plus ou moins grand, soit enfin sur des calculs qu’il devait faire mentalement. Pendant tous ces actes, il devait fixer un certain point placé devant lui. Les objets que l’on présentait dans la vision indirecte étaient des lettres écrites sur des cartons carrés blancs de 2 à 4 centimètres de côté ; on les présentait du côté temporal à une certaine distance de l’œil. Les expériences ont montré que la pupille s’élargit lorsqu’on porte son attention sur un objet situé dans la vision indirecte, et elle s’élargit encore plus lorsqu’on fait un calcul mental. Voici quelques chiffres recueillis :

  1. Heinrich. Die Aufmerksamkeit und die Funktion der Sinneorgane. Zeitschr. für Psychologie u. Physiol. d. Sinnesorg., vol. IX et XI.