Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peuvent certainement être faites que dans des laboratoires sur un nombre limité de sujets ; il semblerait donc qu’elles ne peuvent pas avoir de portée générale pour la pédagogie ; ce serait là une conclusion erronée ; en effet, on peut espérer par l’examen des urines arriver à déterminer les influences que le travail intellectuel produit sur la nutrition de l’organisme ; on peut même, en poursuivant ces recherches, déterminer les procédés qui doivent être employés pour réparer aussi bien que possible les modifications produites par le travail intellectuel dans la nutrition générale ; ce sont là des questions d’une portée générale dont la résolution doit avoir un retentissement sur l’hygiène scolaire.

Une erreur générale commise par tous les auteurs qui ont étudié l’influence produite par le travail intellectuel sur la composition de l’urine, est qu’ils ont pris l’urine totale rendue en vingt-quatre heures et ont fait l’analyse de cette urine totale ; or, sur ces vingt-quatre heures il n’y en avait que sept ou huit pendant lesquelles l’individu faisait du travail intellectuel ; il est donc probable que la composition de l’urine varie d’une manière différente suivant les heures de la journée. Il faudrait, dans les recherches de ce genre, recueillir l’urine d’heure en heure, noter toutes les heures ce que l’on avait fait et analyser les quantités d’urine rendues toutes les heures ; de cette manière on verra d’abord avec quelle rapidité l’influence du travail intellectuel se fait sentir sur la composition de l’urine ; de plus, on pourra suivre pas à pas la marche de cette influence et voir après quel intervalle de repos l’urine reprend sa composition normale. Voilà des questions urgentes, qu’il est facile d’étudier puisque l’on connaît les méthodes qu’il est nécessaire d’employer, et il est possible que l’étude de ces questions permette de jeter quelque jour sur la question si importante du surmenage intellectuel. En effet, en discutant la question du surmenage intellectuel, la première chose que l’on se demande est le mode et la rapidité de la réparation des effets produits par le travail intellectuel ; il