Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


besoin d’être prouvée, et surtout il serait nécessaire d’analyser exactement le sens de ces termes exercice et fatigue. Doit-on appeler exercice toute augmentation de la vitesse du travail ? Nous ne le croyons pas, puisqu’une émotion, une concentration extrême de l’attention peuvent augmenter la vitesse de travail. En somme, on ne peut pas admettre les explications de Kraepelin et de ses élèves sans faire des réserves.

D’après OEhrn, les deux facteurs principaux, qui sont l’exercice acquis et la fatigue, ont une influence opposée : le premier tend à augmenter la vitesse du travail, tandis que le deuxième la ralentit. Par conséquent, à chaque moment la quantité de travail se trouve réglée par l’intensité des deux facteurs. Si l’exercice à un moment donné est grand et si la fatigue est faible, c’est l’exercice qui prédominera, et la quantité de travail exécuté sera plus forte qu’au commencement ; si au contraire l’exercice acquis est faible, tandis que la fatigue est déjà assez forte, on fera moins de travail qu’au commencement. Donc si on prend les quantités de travail fait de cinq minutes en cinq minutes, on pourra voir comment varie la différence des deux facteurs ; toutes les fois que la vitesse de travail augmentera, on pourra en conclure que l’exercice acquis prédomine sur la fatigue, et au contraire, lorsque la vitesse du travail diminuera, on dira que c’est la fatigue qui prédomine. Mais dans aucun cas on n’obtient la valeur de l’influence produite par l’un des deux facteurs isolément ; l’influence de l’exercice masque celle de la fatigue, et réciproquement l’influence de la fatigue masque celle de l’exercice.

C’est là un fait général qu’il faut se rappeler, car il intervient non seulement dans les expériences de laboratoire, mais aussi dans les expériences faites sur des élèves des écoles, et il est souvent bien difficile de distinguer l’influence produite par la fatigue mentale puisque cette influence est masquée par celle de l’exercice. Nous en verrons plusieurs exemples dans la suite.