Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/247

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


depuis le commencement du travail jusqu’à la valeur maxima de la vitesse, c’est la phase où l’influence de l’exercice prédomine sur l’influence de la fatigue ; la deuxième phase va depuis le maximum jusqu’à la fin ; pendant cette période, c’est la fatigue qui prédomine sur l’exercice.

Il arrive quelquefois pour quelques sujets que l’une des phases manque : ou bien la vitesse augmente continuellement jusqu’à la fin, ou bien elle diminue depuis le commencement jusqu’à la fin.

Les variations dans la vitesse du travail ne sont pas très régulières ; il se produit des oscillations dans la vitesse ; ces oscillations sont dues, en général, à des oscillations de l’attention. Lorsqu’on fait un certain travail intellectuel continu avec le plus de vitesse possible, on commence à mettre beaucoup de volonté, on concentre très fortement son attention ; mais, au bout de quelques minutes, on perd peu à peu cette verve du commencement, on devient plus tranquille, et bien qu’on fasse le travail avec soin, on n’y met plus ce zèle que l’on a déployé au début ; il en résulte une légère diminution de la vitesse du travail. Les expériences de l’auteur ont montré, dans plus de la moitié des cas, un léger ralentissement pendant les cinq à dix premières minutes. Après cette phase de verve, comme on pourrait l’appeler, on travaille avec plus d’égalité, on acquiert un certain exercice, et par suite la vitesse augmente jusqu’au maximum ; puis la fatigue commence à se faire sentir, la vitesse diminue, et dans cette deuxième phase on remarque souvent des irrégularités ; voici comment ces irrégularités se produisent : le sujet fait un certain travail, des additions par exemple, il sent déjà une certaine fatigue, et il commence involontairement à travailler plus lentement ; lorsque ce ralentissement devient assez fort, le sujet s’en aperçoit, il se rappelle qu’il faut faire le travail aussi vite que possible, et il redouble de force pour regagner la vitesse initiale. Enfin, le sujet sait qu’on fait les expériences pendant deux heures, il sait donc toujours