Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/266

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous venons d’exposer, mais cette méthode abrégée ne s’applique qu’à deux classifications.

Prenons un exemple ; la classification donnée par la mémoire des chiffres et celle donnée par la mémoire des syllabes sont les suivantes :

Mémoire des chiffres 
 2, 9, 5, 10, 8, 3, 4, 7, 6, 1
Mémoire des syllabes 
 2, 7, 5, 9, 10, 3, 6, 8, 4, 1

Calculons les différences des nombres placés les uns au-dessous des autres ; on a :

0, 2, 0, 1, 2, 0, 2, 1, 2, 0

Faisons la somme de ces différences, on obtient 10, et divisons cette somme par 20, nous obtenons le coefficient de différence. On a ainsi 0,5 pour valeur de ce coefficient ; ce qui montre qu’il y a une grande ressemblance entre la classification donnée par la mémoire des chiffres et celle de la mémoire des syllabes.

CLASSIFICATIONS COMPARÉES ENTRE ELLES VALEURS du coefficient de différence.
Mémoire des chiffres 
Mémoire des syllabes 
0,5
Acte de compter des lettres une à une   Accolade ouvrante.png
Acte de compter des lettres trois par trois 
0,6
Additions 
Écriture 
0,75
Acte de compter des lettres trois par trois. 
Accolade fermante.pngÉcriture 
0,8
Acte de compter des lettres une à une
Additions 
1,1
Acte de compter trois par trois 
Additions 
1,2
Écriture 
Lecture 
1,2
Compter trois par trois 
Mémoire des chiffres 
1,2
Écriture 
Mémoire des chiffres 
1,5
Compter une à une 
Lecture 
1,5
Additions 
Lecture 
1,6
Compter trois par trois 
Lecture 
1,8
Mémoire des chiffres 
Lecture 
1,8
Mémoire des chiffres 
Additions 
1,9