Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/276

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


  Sans repos. Avec repos. Sans repos. Avec repos. Sans repos. Avec repos. Sans repos. Avec repos.
1re demi-heure. 1 021 1 426 1 526 1 435 1 451 1 617 1 805 2 096
2e 1 265 1 442 1 499 1 461 1 464 1 677 1 947 2 044

On voit d’abord que les nombres d’additions augmentent considérablement du premier au huitième jour ; de plus, toujours, sauf le troisième jour, qu’il y ait un repos de quinze minutes ou qu’il n’y en ait pas, dans la deuxième demi-heure on a calculé plus que dans la première ; si on examine les différences entre les deux demi-heures, on ne voit pas se dégager de régularité ; en effet, ces différences sont :

Les jours sans repos 
 + 244 ; — 27 ; + 13 ; + 142
Les jours avec repos 
 + 16 ; + 26 ; + 60 ; + 38

L’auteur porte l’attention sur les augmentations dans les nombres d’additions d’un jour à l’autre ; ces augmentations sont dues à l’exercice acquis pendant une heure de calcul ; il cherche à déterminer l’augmentation moyenne par jour due à l’exercice. Montrons sur un exemple plus simple comment cette augmentation moyenne est calculée ; supposons qu’on fasse pendant quatre jours les nombres d’additions suivants : 100, 105, 112, 120. Les augmentations de jour en jour sont 5, 7, 8 ; les augmentations de deux jours en deux jours sont 12 et 15 ; enfin, l’augmentation de trois jours est 20 ; on calcule l’augmentation moyenne par jour en se servant de toutes ces différences : ainsi de l’augmentation de deux jours en deux jours on déduit en divisant par 2 l’augmentation de jour en jour, et de même en divisant l’augmentation de trois jours par 3 ; on a donc les valeurs suivantes pour les augmentations de jour en jour :  ; on prend la moyenne arithmétique de