Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de travail faite pendant le quatrième quart d’heure. La deuxième demi-heure n’a pas suffi pour faire disparaître la fatigue ; enfin le dernier repos ne suffit pas non plus puisque pendant le septième quart d’heure on a fait moins de calculs que pendant le sixième.

Ces résultats sont représentés sur le graphique 79, dans lequel les lignes verticales indiquent les moments de repos.

Des résultats un peu différents ont été obtenus dans la deuxième série avec des pauses de repos d’une heure. Ces résultats sont représentés sur le graphique 80.

La différence essentielle est que lorsque après une heure de repos on calcule pendant une demi-heure, la quantité de travail fait pendant les premières quinze minutes est moindre que la quantité de travail fait pendant les dernières quinze minutes, par conséquent la fatigue ne prédomine pas sur l’exercice vers la fin de la demi-heure de travail. Nous avons vu que lorsque le repos n’était que de trente minutes, la fatigue prédominait vers la fin de la demi-heure. On peut facilement constater ce résultat sur le graphique 80 ; toujours, à une exception près, il y a eu plus de travail fait pendant les quarts d’heure d’ordre pair que pendant les quarts d’heure impairs ; tandis que dans le graphique de la figure 79, si on ne compte pas les deux premiers quarts d’heure qui sont au commencement, sept fois dans les quarts d’heure pairs on a fait moins de travail que dans les quarts d’heure impairs, et seulement deux fois l’inverse a eu lieu.

Si on examine les courbes du graphique 80 on voit que le maximum de travail est atteint dans le quatrième quart d’heure, tandis que dans le graphique de la première série (fig. 79) le maximum était atteint dans le troisième quart d’heure.

Ces résultats indiquent assez nettement qu’il y a une différence entre un repos de trente minutes et un repos d’une heure ; que la première fois, après trente minutes de calcul, le repos suffit pour rétablir les effets de fatigue, mais après