Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toutes les phrases ne pouvaient pas être choisies absolument équivalentes entre elles. On voit que jusqu’à la cinquième phrase les fautes n’augmentent pas, et que la courbe monte brusquement de la cinquième à la sixième phrase ; cela tient probablement à ce que la dictée des cinq premières phrases a pris une demi-heure, et les élèves de cette classe étaient habitués à faire des dictées de cette longueur qui ne prenaient pas plus d’une demi-heure.

L’auteur a étudié en détail les erreurs ; seulement, au lieu de les classer comme Sikorski, d’après l’origine psychologique des erreurs, il les a classées en se fondant sur leurs caractères externes. Notre parole se compose de phrases, les phrases de mots, les mots de syllabes, et les syllabes de lettres ; sur chacun de ces éléments on peut commettre les erreurs suivantes : lacune de l’un des éléments : changement de place ; emploi de nouveaux éléments ; substitution d’un élément à la place d’un autre, et enfin une lettre double employée au lieu d’une lettre simple, ou réciproquement.

Les nombres de ces différentes erreurs rapportés à 100 lettres sont les suivants :

PHRASES LACUNES EMPLOI de nouvelles lettres. SUBSTITUTIONS LETTRES doubles ou simples. CHANGEMENTS de place.
1-4 0,04 0,02 0,25 0,25 0
5-8 0,09 0,02 0,27 0,90 1
9-12 0,28 0,12 0,54 1,04 0
13-16 0,25 0,14 0,36 1,89 1
17-19 0,59 0,21 0,30 1,69 1
Total. 1,25 0,51 1,72 5,77 3

On voit que chacun des genres d’erreur augmente vers la fin. L’auteur examine en détail les lacunes. Il y a eu un total de 69 lacunes qui se composent de :