Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/302

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


  DANS LES PHRASES 1-10 DANS LES PHRASES 11-19
Huit mots 
2 6
Une syllabe 
1 »
Cinquante lettres 
6 44  
Quatre parties de lettre 
2 2
Six points à la fin de la phrase 
2 4
Total 
13   56  

Les chiffres précédents montrent que les mots entiers sont plus souvent oubliés que des syllabes, les lettres plus souvent que des parties de lettre. La plupart des lacunes portent surtout sur des lettre, il y en a eu 50. Parmi ces 50 lacunes il y en avait 26 au milieu des mots et 24 à la fin ; pas une seule lettre n’a été oubliée au commencement des mots ; or les lettres terminales des mots sont bien moins nombreuses que les lettres du milieu, par conséquent on peut conclure qu’il y a une tendance à oublier les lettres de la fin : c’est le premier signe de l’affaiblissement de l’attention.

Sur les 26 lettres oubliées au milieu des mots il y a 23 consonnes et seulement 3 voyelles ; c’est une observation qui a aussi été faite par Sikorski. En étudiant les lettres oubliées, l’auteur trouve que ce sont les lettres qui ne sont pas bien prononcées par les enfants dans leur langage familier qui sont le plus souvent oubliées ; par exemple is au lieu de ist, nich au lieu de nicht, etc. L’enfant, en écrivant la phrase que le maître vient de lui dire, la prononce à voix basse lui-même, et en la prononçant à voix basse il commet des erreurs de prononciation ; lorsque l’attention de l’enfant est encore éveillée, il se rend bien compte que ce qu’il écrit diffère un peu de ce qu’il prononce, mais lorsqu’il est fatigué et que son attention ne peut plus être fixée avec autant d’énergie qu’au commencement il écrit involontai-