Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/313

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉPOQUES DE CALCUL NOMBRE de chiffres calculés. NOMBRE de fautes. RAPPORT du nombre de fautes au nombre de chiffres calculés.
I 34 900 1 147 3,28 p. 100
II 40 661 1 460 3,59
III 43 124 1 713 3,79
IV 43 999 1 796 4,08
V 45 890 1 668 3,63

Holmes a fait des expériences presque identiques à celles de Burgerstein ; les élèves devaient faire des additions pendant neuf minutes, puis se reposer quatre minutes, puis de nouveau calculer pendant neuf minutes, et ainsi de suite quatre fois ; ceci prenait quarante-huit minutes ; les douze premières minutes de l’heure étaient employées à distribuer aux élèves les feuilles et à leur expliquer ce qu’ils avaient à faire. Sur une feuille étaient imprimées 16 séries d’additions de nombres de 20 chiffres ; l’élève devait faire les additions et puis copier les résultats sur le côté droit de la feuille ; il y avait donc deux genres de processus : les calculs et la copie des séries de chiffres.

Les expériences ont été faites dans 6 classes sur 150 enfants, dont 70 garçons et 80 filles. L’âge des garçons variait de neuf à quinze ans, celui des filles de neuf à dix-huit ans.

Nous rapportons dans le tableau suivant les résultats obtenus :

SÉRIES NOMBRE de chiffres calculés.
Accolade dessus.png
NOMBRE d’erreurs.
Accolade dessus.png
NOMBRE de corrections.
Accolade dessus.png
Garçons. Filles. Garçons. Filles. Garçons. Filles.
I 10 362 13 351 210 243 185 152
II 12 151 15 590 262 283 314 264
III 13 161 16 648 471 380 436 396
IV 13 564 17 421 529 465 448 466