Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/314

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On voit que la vitesse des calculs augmente continuellement depuis le commencement jusqu’à la fin de l’heure ; l’augmentation relative la plus forte est au commencement de l’heure.

Les nombres de fautes et de corrections augmentent bien plus que la vitesse des calculs, il y a donc un effet très marqué produit par la fatigue intellectuelle. Ce sont en somme les mêmes résultats que ceux obtenus par Burgerstein, ils montrent que la méthode des calculs peut être employée à l’école pour déterminer le degré de fatigue intellectuelle.

  NOMBRE de chiffres calculés. NOMBRE d’erreurs. RAPPORT du nombre d’erreurs au nombre de chiffres calculés. NOMBRE d’élèves sans fautes
Matin.     P. 100.  
Avant les classes 
9 112 162 1,67 11
Après 1 heure de classe 
10 326 243 2,26 10
 — 2 heures avec récréation 
10 258 277 2,69 5
 — 2 —  sans récréation. 
10 215 300 2,94 6
 — 3 —  avec deux récréations 
10 378 275 2,65 7
 — 3 —  avec une récréation 
10 326 331 3,31 1
 — 3 —  sans récréation. 
10 366 326 3,14 4
Après-midi.        
Avant les classes 
10 380 283 2,82 10
Après 1 heure de gymnastique. 
9 669 315 3,23 1
 — 2 heures de classes avec récréation 
10 327 316 3,03 6
 — 2 —  sans récréation 
10 428 358 3,43 4

Friedrich a fait des expériences avec la méthode des calculs dans les mêmes conditions qu’avec la méthode des dictées ; seulement les calculs, au lieu de durer trente minutes comme les dictées, ne prenaient que vingt minutes.