Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/325

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous donnons ici les chiffres seulement pour sept classes du lycée ; dans ces classes on a employé les mêmes textes ; on faisait l’expérience avant les classes, le matin, et puis après chacune des cinq classes du matin ; le tableau suivant contient les résultats pour chaque classe ; dans chaque cas sont indiqués deux nombres, celui qui représente la quantité du travail et puis celui qui représente le nombre de fautes commises ; ces nombres sont calculés comme nous l’avons indiqué plus haut.

NOMBRE D’ÉLÈVES
AGES MOYENS
Nombre de syllabes.
Fautes.
Nombre de syllabes.
Fautes.
Nombre de syllabes.
Fautes.
Nombre de syllabes.
Fautes.
Nombre de syllabes.
Fautes.
Nombre de syllabes.
Fautes.
    AVANT
les classes
Accolade dessus.png
APRÈS
1 heure.

Accolade dessus.png
APRÈS
2 heures.

Accolade dessus.png
APRÈS
3 heures.

Accolade dessus.png
APRÈS
4 heures.

Accolade dessus.png
APRÈS
5 heures.

Accolade dessus.png
CLASSES
                       
Untertertia 1re division 24 14,4 70 5 62 8 66 12 67 12 70 10 67 13
Untertertia 2e division 18 14 55 8 45 16 58 14 56 17 67 14 70 11
Quarta 1re division 35 13,2 48 9 41 11 53 17 46 28 46 24 59 20
 —  2e division. 27 12,4 41 18 38 22 39 32 53 26 50 34 51 20
Quinta 1re division 27 12,1 47 16 42 22 51 30 46 28 41 35 » »
 —  2e division 16 11,5 48 18 33 28 47 32 34 33 37 38 » »
Sexta 25 10,7 43 15 28 37 32 42 36 28 27 34 28 39

Les chiffres qui indiquent les nombres de syllabes remplies, c’est-à-dire qui indiquent la vitesse avec laquelle l’élève a fait le travail de combinaison, varient d’une manière bien irrégulière, suivant les textes employés ; il est difficile de tirer quelque résultat net de ces chiffres. L’auteur croit remarquer que dans les classes supérieures la quantité de lacunes remplies augmente vers la fin des classes, et dans les classes inférieures elle diminue ; c’est une conclusion qui ne ressort pas nettement des chiffres précédents, elle n’est nullement prouvée.

L’auteur conclut de ces résultats que les jeunes élèves se fatiguent bien plus vite que les élèves plus âgés ; cette