Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/333

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enfin des expériences sur des apprentis mécaniciens obligés de faire beaucoup d’exercice physique ont montré que la valeur du seuil variait à peine sous l’influence d’un travail physique.

Ces expériences ont été refaites dans des conditions analogues, sur une trentaine d’élèves, par un autre auteur, Vannod[1], qui est arrivé à des résultats identiques aux précédents.

On voit par conséquent que la méthode de détermination du seuil du sens du lieu de la peau peut servir avec profit pour constater une fatigue intellectuelle chez des élèves.


  1. Vannod. La fatigue intellectuelle et son influence sur la sensibilité cutanée. Dissert. méd. de Berne, 1896.