Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/334

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE IX
COMPARAISON DES DIFFÉRENTES MÉTHODES PSYCHOLOGIQUES
pour étudier la fatigue
RÉSUMÉ ET CONCLUSION

Nous croyons utile de donner ici un résumé court des effets psychologiques produits par le travail intellectuel, et d’indiquer quelques conclusions pratiques relativement à la valeur des méthodes.

Les expériences faites dans des laboratoires sur des personnes adultes ont montré qu’à la suite d’un travail d’une heure consistant dans des calculs il se produit un certain nombre d’effets psychologiques élémentaires ; ce sont des modifications dans plusieurs processus psychiques simples qu’il est facile de mesurer expérimentalement. Ainsi la durée des réactions de choix et des réactions verbales augmente ; le sujet ne peut plus lire avec la même vitesse qu’avant le travail intellectuel ; il ne peut plus faire des additions aussi vite ; enfin la mémoire des chiffres est diminuée.

Des expériences nombreuses faites dans les écoles ont montré que la fatigue était d’autant plus forte que le travail intellectuel est plus intense ; c’est un résultat auquel il fallait s’attendre, et le mérite des recherches précédentes ne consiste pas à avoir montré qu’il y a de la fatigue après une ou plusieurs classes, mais à avoir indiqué des méthodes pratiques qui sont assez sensibles pour révéler ces effets