Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


intellectuel diminue au point de disparaître complètement ; il est alors remplacé par une ligne droite à peine ondulée.

Nous donnons les tracés que nous avons obtenus chez six adultes et chez deux élèves de douze ans. Le rapetissement du pouls est très net (fig. 29, 30 et 31).

FI-d098-fig. 30-31 - Pouls capillaire de la main - deux enfants de douze ans.png
Fig. 30 et 31. — Pouls capillaire de la main pris chez deux enfants de douze ans. On voit que pendant le travail intellectuel il se produit un ralentissement du pouls.

Quant à la forme du pouls, elle varie aussi pendant la vaso-constriction ; on peut surtout bien étudier ces variations sur les beaux graphiques, où le pouls capillaire présente une forme bien accusée. La vaso-constriction a parfois une tendance à accentuer les caractères de la pulsation ; la pointe devient plus aiguë et le dicrotisme prend une forme plus arrondie ; en outre, le dicrotisme est placé plus bas sur la ligne de descente. Ces changements de forme se reconnaissent si on compare la pulsation pendant le travail intellectuel à ce qu’elle était quelques secondes avant le début de ce travail. Mais ces changements de forme sont assez rares, et on perdrait son temps à les chercher sur le premier tracé venu.

On constate le plus fréquemment que, pendant le travail intellectuel, il se produit un effet inverse du précédent, un amollissement de la pulsation ; toutes les aspérités du graphique ont une tendance à s’émousser, et le dicrotisme prend une forme moins rebondie, plus oblique (fig. 32).