Page:Binet - La Vie de P. de Ronsard, éd. Laumonier, 1910.djvu/198

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
138
COMMENTAIRE HISTORIQUE

Ou bien fait-il allusion, comme l’ont pensé Colletet, Blanchemain et Marty-Laveaux, à une palinodie écrite, imprimée en tête de la 2e édition des Amours (1553) sous le titre : Sonet de M. de S. G. en faveur de P. de Ronsard ? (Cf. le Ronsard de Blanchemain, I, xxvi ; le Saint-Gelais du même, II, 262.)

J’adopte cette seconde interprétation, bien que l’expression « chanter la palinodie » soit une expression toute faite, synonyme de « se rétracter », comme dans le passage de la lettre à Morel où L’Hospital écrit en parlant des adversaires de Ronsard : « Mihi videntur palinodiam canere. » Mais je ne suis plus de l’avis de Colletet, quand, après avoir cité le premier quatrain de ce sonnet :

D’un seul malheur se peut lamenter celle
En qui tout l’heur des astres est compris :
C’est, ô Ronsard, que tu ne sois espris
Premier que moy de sa vive estincelle…


il ajoute : « Et le reste qui justifie assez clairement que Mellin de Saint-Gelais luy-mesme estoit aussy amoureux de Cassandre, et qu’ainsy il n’estoit pas moins son rival en amour qu’en poésie. Et peut-estre seroit-ce la raison qui obligea Ronsard de la quitter après l’avoir aimée dix ans entiers. » (Vie de Rons., p. 60.) Cette opinion, qui a été prise au sérieux et adoptée par Ménage (Observ. sur les poés de Malherbe, p. 553) et Marty-Laveaux (Notice sur Ronsard, xxxv), est insoutenable, car en 1553 Saint-Gelais avait 62 ans, Ronsard 28. et d’ailleurs Cassandre Salviati, mariée dès novembre 1546 à un châtelain du Vendômois, n’était pour Ronsard qu’une maîtresse intellectuelle. Blanchemain, qui avait d’abord suivi Colletet dans son éd. de Ronsard (VIII, 23), a eu raison de s’en séparer dans son éd. de Saint-Gelais (II, 263), et de supposer que dans cet obscur sonnet il s’agit de Madame Marguerite, sœur de Henri II, protectrice commune des deux poètes, mais célébrée par Saint-Gelais avant de l’avoir été par Ronsard.

Une dernière question. Dans les œuvres de Saint-Gelais, à partir de l’édition Coustelier, qui est de 1719, le dit sonnet est adressé à Clément Marot, et on lit au 3e vers :

C’est, ô Clément, que tu ne fus espris…


Faut-il en conclure, avec Blanchemain, ou que Saint-Gelais, réconcilié seulement à la surface, a remplacé dans son sonnet avant de mourir le nom de Ronsard par celui de Clément (éd. de Ronsard, VII, 24), ou plutôt qu’il s’est contenté en 1553 d’adresser à Ronsard un vieux sonnet primitivement écrit pour Marot (éd. de Saint-Gelais, I, 24, et II, 263) ? La première de ces hypothèses (adoptée par Mlle Evers, op. cit., p. 166, n. 5) me semble devoir être écartée, car la réconciliation fut très sincère de la part du vieux poète, comme le prouve un sonnet de 1554, édité par Blanchemain (éd. de Saint-Gelais, III, 112). La deuxième hypothèse est plus plausible, car 1° du temps de Marot ce sonnet pouvait très bien s’appliquer à Marguerite de Navarre, sœur de François ier, et en 1553 convenir encore à sa nièce, Madame Marguerite ; 2° Ronsard a fait quelque chose d’analogue, précisément dans la seconde édition des Amours, en ce qui concerne le sonnet qui commence ainsi :