Page:Binet - Les altérations de la personnalité.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’épingle dans une plaque insensible. Phénomène bizarre et d’autant plus important que cette sorte de tatouage anesthésique est extrêmement fréquente. Puisqu’aucun fait anatomique ne peut en rendre compte, il semble qu’on puisse en demander l’explication à la physiologie des sens. Or, il a été soutenu par de nombreux expérimentateurs que chaque point de notre tégument a une manière spéciale de sentir et que la qualité de la sensation varie avec la région de la peau ; c’est là ce qui nous permet de distinguer le point où nous sommes touchés, et de ne pas confondre une piqûre au front et une piqûre à la main. Cette hypothèse des signes locaux — car ce n’est jusqu’ici qu’une hypothèse — peut servir à rendre plus compréhensible le tatouage hystérique ; dans un îlot d’insensibilité, ce qu’il faut considérer, ce n’est pas le territoire devenu insensible, c’est un groupe de sensations semblables, ayant une nuance locale commune ; et si, un peu plus loin, à quelques centimètres de là, l’excitation est sentie, c’est que la sensation tactile est un peu différente de la première ; elle a sa nuance, son signe, qui permet de la reconnaître et qui ne la laisse pas confondre avec les précédentes ; nous trouverions donc ici — si notre hypothèse était vérifiée — un nouvel exemple d’anesthésies partielles, c’est-à-dire spéciales à certains groupes de sensations tactiles[1].

Nous sommes déjà loin de cette anesthésie totale et complète, qu’on ne trouve guère que dans les livres ; nous allons nous en éloigner encore davantage ; voici de nouveaux faits qui vont nous montrer sous un jour intéressant la complexité de ce phénomène hystérique ; je les emprunte à M. Pierre Janet. Il y a des malades qui semblent totalement insensibles et qui peuvent cependant reconnaître encore certains objets en particulier. Une dame hystérique semblait avoir totalement perdu toute sensibilité cutanée aux deux bras et aux deux mains ; elle

  1. M. Janet indique une hypothèse voisine de la nôtre, op. cit., p. 292. Pour l’étude des signes locaux, je renvoie à ma Psychologie du Raisonnement, p. 99.