Page:Binet - Les altérations de la personnalité.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ne ressentait aucune douleur, n’appréciait aucun objet. Cependant elle reconnaissait parfaitement au contact certains objets habituels de sa toilette. Elle savait, en touchant son oreille, si elle avait ou n’avait pas ses boucles d’oreille, elle reconnaissait sa bague et savait quand on la lui mettait ou quand on la lui retirait, sans avoir besoin de rien regarder… Elle sentait également dans ses cheveux ses épingles en fer ou en écaille, qu’elle pouvait chercher par le contact, ôter ou remettre, même si on les déplaçait… Le fait, ajoute M. Janet, ne doit pas être rare chez les hystériques. » Je suis fort disposé, pour ma part, à accepter cette opinion, et mes observations m’ont souvent montré que chez l’hystérique l’anesthésie s’accommode aux besoins pratiques du sujet ; celui-ci arrive assez généralement à percevoir ce qu’il a besoin de percevoir.

Les faits précédents nous servent de transition pour aborder le phénomène de suggestion auquel nous avons donné le nom d’anesthésie systématique. C’est une anesthésie partielle, comme celle que nous venons d’étudier ; et elle présente, comme chez la dame observée par M. Janet, le caractère d’être spéciale à un certain objet. La suggestion qu’on adresse au sujet hypnotisé, ou pris à l’état de veille, mais docile, consiste à lui défendre de percevoir un objet en particulier. Cette interdiction ne lui enlève que la perception de l’objet dont on lui parle, et il continue à percevoir les autres. De là le nom d’anesthésie systématique que l’on donne au phénomène ; l’anesthésie est systématique parce qu’elle supprime un système de sensations et d’images, qui sont afférentes à un objet particulier.

Quelques auteurs, nous l’avons dit, ont élevé des contestations sur le nom que nous avions donné à ce phénomène ; ils ont cru qu’on avait tort d’en faire une anesthésie, car l’anesthésie signifie une destruction de la sensation, une paralysie de la sensibilité ; or, nous verrons tout à l’heure que la suggestion ne va pas jusque-là ; lorsqu’on défend à un sujet de percevoir un objet, la défense se borne à lui enlever la perception consciente, mais elle ne