Page:Binet - Les altérations de la personnalité.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lité de personne ; M. Janet nous fait voir le dédoublement ; il nous fait assister au travail de deux consciences qui restent distinctes et qui s’ignorent.

Les procédés employés pour mettre en lumière la seconde conscience sont variés, mais le plus simple et le plus direct est toujours celui de la distraction. Nous en avons déjà tant parlé qu’il est oiseux d’insister longuement. Rappelons seulement qu’on occupe l’attention du sujet sur un point, par exemple en le faisant causer avec une autre personne, et que pendant qu’il est dans cet état de distraction, on lui parle à voix basse, et on convient avec lui qu’il répondra aux questions par l’écriture ; de cette façon, sa personnalité se scinde en deux ; il y a une conscience qui parle avec le premier interlocuteur, et une autre conscience qui échange des idées avec le second. Par ce procédé, l’expérimentateur peut connaître la seconde conscience, apprécier ses facultés et savoir en particulier ce qu’elle perçoit du monde extérieur. Si on opère pendant que le sujet a reçu une suggestion d’anesthésie systématique, on peut reconnaître facilement que la perception interdite a pris place dans la seconde conscience, et que tandis que la personnalité prime, celle qui parle, ne sait rien de l’objet invisible, la personnalité seconde peut souvent le décrire dans tous ses détails.

M. Pierre Janet est arrivé à faire cette observation, en appliquant la suggestion d’anesthésie à un objet pris dans une collection d’objets semblables ; c’est du reste cette forme d’expérience qui est la plus instructive, car elle montre mieux que les autres combien l’anesthésie systématique a un mécanisme compliqué. Voici par exemple un sujet en somnambulisme auquel on montre cinq cartes blanches dont deux sont marquées d’une petite croix ; on lui donne l’ordre de ne plus voir au réveil les cartes marquées d’une petite croix. Tandis que le sujet, c’est-à-dire sa personnalité principale obéit à la suggestion et voit au réveil seulement les trois cartes blanches, la seconde personnalité se comporte tout autrement ; si on lui parle à voix