Page:Biographie nationale de Belgique - Tome 8.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

sss GUNTERUS — GUTSCHOEN racles qui s’opérèrent par l’intercession du saint. f..„ .j. „,„„„, Buller, Vies des Saints, éd. de De Ram, V, p. 415-416. GDXTEREf !). Voir au Supplément. giir :«ex (Jean-Antoine a) (1), historien et littérateur, né à Stavelot, vers la fin du xvie siècle, mort à Bruxelles, le 23 octobre 1652. Les succès qu’il obtint dans ses études humanitaires, lui valurent une nomination de récent à l’école publique de Malines. Il occupait cet emploi en 1627, date de son entrée dans la compagnie de l’Oratoire, et en 1629, lorsqu’il fut ordonné prêtre. L’année suivante, à la demande de l’infante Isabelle, la régence de Malines confia son école aux PP. de l’Oratoire et en remit l’inspection (qu’elle avait obtenue du Saint-S^iège en 1445) à l’archevêque Boonen. Le P. A Gurnez en devint le premier préfet ; mais il abandonna bientôt cette charge (1632) pour aller demeurer, avec son frère et deux autres oratoriens, chez le curé de Saint-Géry, à Bruxelles, et fut bientôt (1633) nommé recteur Se la chapelle de N.-D. de Bon-Secours, dépendant de cette paroisse. Obligé de s’absenter en 1637, il se fit remplacer par le P. E. Valentin, de Wavre ; mais ce dernier étant décédé le 17 août 1639, le P. A Gurnez vint reprendre son poste et y demeura jusqu’à sa mort. On a vante ses connaissances. On cite du P. A. Gurnez :

. Palestra sc/iolee puilicee Mecldiniensû, 

sire exercitationes per selectos Patriim Oratorii studiosos Mbita. Antw., H. Aertssens, 1639, in-12. Ce recueil, qui fut peut-être édité par notre personnage, renferme des matériaux fournis par divers auteurs. Foppens nous apprend que le P. A (îurnez publia plusieurs pièces de théâtre à l’occasion des exercices littéraires de son école, où elles furent représentées ; peut-être sontellcs dans ce recueil. Cependant Paquot n’en cite que Fagitus infantia poeficee (1) C« nom exisic encore dana le pays de Slavelut ; il cBl toujours icril, A Gurnez ou Agurucz. C’eat Hnno nnr erreur que les hisloriens, on le iraduisani du latin, ont écrit De Gurnsr.. sive Centiiria epigrammùtum âiia roraritt N. Malinatia Congregationit Oratorii I). N. J.-C. Ces épigrammes, dit-il, sont d’uue beauté médiocre : ne seraient-elles pas l’tpuvre des élèves de l’oratorien ? — 2. Elogium R. Domini Cornelii Jansenii, Ipretms episcopi. Cet opuscule, eu cinquante-six vers hexamètres, se trouve en tète de certaines éditions du commentaire du célèbre évèque sur le Pentateuque (entre autres, Louvain, 1660, in-4o, et Rouen, 1704, in-4"). On ne s’étonnera pas que V Angustinus y soit grandement loué. —3. Fita et martyrium. S. Liberti, Malinatia et Mechliniensium priiicipiim Adonis et Elists filii, historica face et poematis variis aucta, illustrât a studio et opéra R. P. J. A. A Gurnez. Mechl., H. Jaye, 1639, in-4o de 217 pages. La première partie, consacrée à la vie du saint, contient très peu de faits ; encore, dit Paquot, ne sont-ils pas tous incontestables. Viennent ensuite des épigrammes, des élégies, une églogue, etc., à l’occasion du transport des reliques de saint Libert dans l’église métropolitaine de Malines (30 août 1631) ; l’archevêque Boonen les avait reçues de H. Germays, abbé de Saint-Trond. La troisième partie, Ad resgestas S. Liberti martijrisfax historica, mérite surtout des éloges ; elle jette, en eflFet, du jour sur la vie du saint, sur l’origine de .Malines et sur les antiquités du Brabaiit. — 4. Laça, BruxeUen-w suburbannm , ailtti an prodigiis Deiparce a Normannorum iemporibus, id est. atite omnia Partheniis eêdibus et Iconibus miraculosis in Belgio loca cUra, cekbrijs, noro studio illustrata per R. P. Joan. Ant. A Gvrnez... Brux., Schovertius, 1647, in-4o. Sanderus a reproduit cet ouvrage dans Chorographia sacra Brabantirp sous le titre de : Chorographia sacra Laça Parlhenite, Mariani cultus antiquitalc, et miraculornm gloria illustris... G. De«.lqu^ SwecrIiuB, yecralogus et CAron. Oralorii. — Gaucberi’l. - Ko|>|icns. — Paquot. Cit.<TMruovi ::« {Gérard v.’^m), philosophe et méilccin, né à Louvain le 6 février 1615, décédé à Lierre le 4 mai 1668. Son pèrc,(iuillauraoVati (iulscho-