Page:Biriukov - Léon Tolstoï, vie et oeuvre 3.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE I


LE ier MARS



La Russie traversait alors une période troublée, et l’orage qui grondait depuis longtemps éclata le 1er mars 1881.

« Aujourd’hui, 1er mars 1881, sur l’ordre du comité exécutif du 26 août 1879, Alexandre ii a été exécuté par deux agents de ce comité. »

Ainsi débutait la proclamation du comité exécutif, du 1er mars 1881. La peine de mort, comme la manifestation la plus cruelle de la violence d’un homme sur un autre, fut toujours odieuse à Tolstoï. La pensée seule de cet acte soulevait en lui le dégoût et l’horreur. Rappelons-nous ce qu’il écrivit à la vue d’une exécution capitale, à Paris. « Je ne suis pas un homme politique », écrit-il dans son journal de 1867, après une nuit sans sommeil hantée du souvenir de la guillotine qu’il avait vue le matin. En effet, il n’était pas et ne devint jamais un homme politique. C’est précisément pourquoi il peut parler sans parti-pris des meurtres révolutionnaires et gouvernementaux.

Mais en 1881, Tolstoï se trouvait en outre dans des circonstances particulières. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la crise morale qu’il