Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 5.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compter ou l’apprentissage, ou l’inconstance, où l’incapacité, ou la mauvaise foi, ou la cupidité : l’État est servi par des agents revêtus d’un caractère officiel, soumis à un contrôle public, chargés d’une responsabilité morale, appartenant à une hiérarchie constituée, et ayant pour mobile, non l’argent, mais l’honneur. — Avec les compagnies, les travaux ne sauraient être exécutés que pièce à pièce : inconvénient grave, car il rompt tout équilibre, et retire précipitamment le sang de certaines parties de la société, pour le faire renuer ailleurs d’une manière violente : l’État est dans une sphère d’où il embrasse l’ensemble des intérêts; ses prévisions peuvent avoir un caractère de généralité qui ne lui permet pas de sacrifier une localité à une autre, et de détourner trop brusquement le cours des relations commerciales. — Les compagnies ne cherchent et ne peuvent chercher qu’à tirer parti du présent : l’État a pour mission de pourvoir aux intérêts de l’avenir. En un mot, les compagnies ne stipulent que pour elles-mêmes : l’État stipule pour la société.

Les considérations dont les démocrates s’armaient contre le système des compagnies étaient bien plus décisives encore au POINT DE VUE POLITIQUE. Quoi ! on parlait sérieusement de livrer tout le domaine de l’Industrie à de simples particuliers, spéculateurs ou gens de finance ! et l’on ne voyait pas ce qu’arriveraient à oser contre l’intérêt public, des associations devenues plus puissantes de jour en jour, par leurs richesses, par leur crédit, par leurs accointances, par la position de leurs membres, qu’on