Page:Bloy - Histoires désobligeantes.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Il demande aujourd’hui, gâteusement, du matin au soir, qu’on ne plante pas de croix sur sa tombe, et il faut soutenir sa lèvre inférieure quand on lui donne à manger, avec une petite cuiller d’étain.