Page:Bloy - Histoires désobligeantes.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XV

LA FIN DE DON JUAN


à Henry Cayssac.


Ça fait du bien de causer avec un homme qui n’a qu’une tête.
Jules Vallès


— Et le misérable est mort comblé de biens, tel qu’il a vécu. Il n’eut pas même l’excuse d’être un dissipateur, un prodigue. Il était, dit-on, le premier du monde pour placer avantageusement ses capitaux. Enfin, il est mort sans aucune infirmité, en pleine possession de lui-même, quoique très vieux, comme un patriarche d’avant le déluge. Cela me paraît un