Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avoisinent les cimetières urbains ou suburbains que je crois inutile d’en parler.

Naturellement, ton homme fécond est là, avec sa femelle qui déclare péremptoirement qu’elle en a assez, à la fin, de mettre bas et que « c’est désormais à ses garçons et à ses filles de faire des enfants ».


13. — Je n’osais pas le croire, mais je suis bien forcé de me rendre.

L’infortuné Crétin aura eu l’idée que voici :

« Quelques individus, soi-disant littéraires, osent me supposer fini. Je vais leur prouver que je commence. Je vais me manifester en coup de foudre. Subito, sans avoir averti personne, j’invente le roman à refrain, le roman de dessert qu’on pourra gueuler dans les noces. Ah ! ah ! mes petits détracteurs, vous n’aviez pas prévu cette botte ! » Et il le fait comme il le dit.

Je cite parce que c’est l’unique moyen d’être cru : « Le désir passait en coups de flamme, le divin désir les fécondait… le travail nécessaire, fabricateur et régulateur du monde… Encore un enfant, encore de la richesse et de la puissance, une force nouvelle lancée au