Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


faire la noce, en expliquant, d’ailleurs, avec des cris de rage, que l’ovariotomie l’a rendue incapable de jouir ; l’autre pour faire voir « l’occlusion de ses trompes » !!! qui l’empêche d’avoir des enfants. Antithèse de la « prude » et de l’ « impure », dans la pensée du Crétin qui a évidemment compté beaucoup sur ce déballage.

L’homme fécond, témoin de tout ça, « reste frissonnant ».

Enfin ! voilà donc de la littérature à mettre dans les mains des jeunes personnes que protège Mme Paule Mink. Il n’était que temps.


20. — J’ai tenté de lire intégralement les débats du Conseil de guerre de Rennes. Je n’y parviens pas. Il faudrait un geste de Dieu pour finir cette horrible affaire où tout le monde est abominable. L’innocence même de Dreyfus, en la supposant tout à fait certaine, est presque sans intérêt. Je la vois très bas, le front dans les ténèbres et les pieds dans les excréments. Innocence proclamée par Zola ! C’est à faire peur.

Le feuilleton sempiternel de ce drôle continue. Le rabâchage sénile, au lieu de finir