Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


veut qu’on aille chercher à la gare on ne sait quels futurs époux, en vue d’une « répétition » de leurs imminentes noces ; qui dit : « le royal couple… Nos majestés… Leurs Majestés… les préséances… la reine-mère (c’est-à-dire maman), le roi et les princes », pendant plusieurs pages. Ô toi, Lavedan, dit rince-bouche, qui enseignas le protocole des archiduchesses du dé à coudre et du fil à couper le beurre, que ne baises-tu, sur les deux lèvres, le grand Crétin qui te ramasse dans la vertu et qui t’utilise ?


28. — Suite de la comtesse de Ségur et d’Henri Lavedan. On ne sort plus des « princes, des princesses, des demoiselles d’apparat, des pages, du royal couple, de Cendrillon, du prince charmant, etc. » Coupeau et Mes Bottes en talons rouges ! Il y a une infante qui dénombre le cortège et qui dit : « Ça fait vingt… On vous en f… (pardon !), on vous en donnera des familles pareilles ! Les lapins qui nous regardent passer sont muets de stupeur et d’humiliation ».

Émile se réjouit d’avoir enfin pigé la langue des vieilles aristocraties.