Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




« Que ses enfants sachent combien il a souffert, combien il est grand. Qu’ils sachent qu’il y a, à jamais, une auréole, à son front et que, d’un bout à l’autre de l’Europe et du monde civilisé, on se découvre à son nom, comme au nom du plus NOBLE des martyrs. B. Guinaudeau ». (Aurore, 10 sept.)


Saint Étienne, saint Laurent, saint Georges, vingt millions d’autres qui fûtes les Témoins volontaires de Notre Seigneur Jésus-Christ et, pour cette raison, nommés Martyrs, où êtes-vous ?

Je viens de lire l’arrêt de condamnation, aujourd’hui seulement, puisque je suis en Danemark. Majorité de 5 voix contre 2. Que font ici ces deux pauvres voix inutiles qui seraient si bien, demandant l’aumône sur la grande route des cieux ?

En attendant le « Calvaire » imploré plus haut, j’ai la consolation d’assister au « crucifiement » de Dreyfus par Clémenceau. (Aurore, 11 sept.) C’est une honte, je ne le dirai jamais assez, de recourir à d’aussi idiotes rengaines, surtout quand on est un écrivain. Mais le voisinage de Zola !…


13. — Ai-je dit que le Crétin, depuis quel-