Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


des basses blagues de son pamphlet contre Rome où il ne pardonnera jamais à aucun humain d’avoir été accueilli comme un merdeux ?

Mais que dis-je ? Depuis quelques lustres, il écrit, sans doute, par ordre, comme d’autres acquittent les criminels ou condamnent les innocents. Les sociétés occultes affiliées à tous les démons, seraient par trop sottes, vraiment, de ne pas utiliser un aussi parfait esclave !

Attendons, maintenant, les trois Évangiles à paraître. Émile s’accorde ainsi à lui-même, généreusement, trois années encore, pour le moins.

Ernest Hello — dont il est, sans doute, incapable de déchiffrer une ligne et dont il ignore jusqu’au nom — a dit plusieurs fois, et de différentes manières, que lorsqu’un homme triomphe en lui-même, croyant avoir dompté le destin, et qu’il assigne la Providence à comparaître devant lui, sa mort est proche. Espérons !