Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il n’a plus dans le ventre que la conscience même de ses personnages, que leurs ignobles passions, leurs horribles manières de sentir et de s’exprimer. Il s’est enfin coulé et dissous dans leur boue pour s’être trop acharné à la peindre. Il est devenu boue comme eux… Châtiment mérité d’un talent qui s’est avili ! [1] ».

Il m’a paru agréable de remettre sous les yeux d’un chacun cette page de Barbey d’Aurevilly, écrite au lendemain de l’Assommoir et probablement oubliée.

  1. En réponse à ce jugement du haut écrivain dont il était peu digne de cirer les bottes, M. Zola ne manqua pas de publier, péremptoirement, que l’auteur des Diaboliques était PAUVRE.