Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mence ! Que diraient ici le père Ubu et la mère Ubu, les personnages, sans contredit, les plus décisifs de la fin du siècle ? Quel mot se présenterait immédiatement à leurs généreux esprits ?…

Je retombe dans une histoire d’ovariotomie, d’opération ratée au fond d’un bouge (!) par un chirurgien disgracieux, — histoire bête et salope qu’on peut lire, chaque semaine, dans chaque journal, écrite, avec plus de raccourci et de force, par un reporter quelconque pris à la station. Mais, aujourd’hui, l’aventure est surérogatoirement resucée d’un chapitre antérieur du même bouquin. La fille venant crever sur le même canapé que sa mère et salissant de son ordure les mêmes clichés. C’est trop.


27. — Suite de l’histoire, imbécile autant que cochonne, d’hier. « La tête adorable de l’enfant, d’une pâleur de ciresans un cierge » ! (Voir plus haut, 22 juin). On ne se crève pas, dans les Princes de la Prose !

Au fait, pourquoi voudrait-on que je ne les aimasse point, ces femmes adorables qui viennent régulièrement se faire enlever le