Page:Bloy - La femme pauvre.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cœurs, avec les dix mille autres Paroles du Seigneur « qui tue et qui vivifie ». Quiconque ne vous recevra pas et n’écoutera pas vos discours, en partant de sa maison, secouez la poudre de vos pieds.

— Mon ami, dit-elle en rentrant, je viens de voir le Démon !…

Elle tomba malade et faillit mourir.

La jubilation du voisinage fut immense et se déploya comme le programme d’un triomphe antique. Des clameurs barbares, des huées de cannibales furent entendues tout le long des nuits. Les mots monstrueux, les rires diaboliques percèrent les murs et vinrent poursuivre la malheureuse jusque dans le détroit noir, plein de flots furieux et plein d’écumes, de sa commençante agonie.

— On ne crève donc pas encore dans la chapelle ? disait une voix qu’on aurait pu croire évadée de la fosse.

— Garçon ! un pernod ! hurlait l’huissière, s’adressant à son huissier. Mon gros Poulot, nous allons boire à la santé des infanticides et des va-nu-pieds.

— Je vous disais bien qu’il y a un bon Dieu ! croassait à son tour la vieille Grand. Dame ! vous savez, quand on a tué des petits enfants, ils viennent quelquefois vous tirer, la nuit, par les cheveux.

— Pourvu que les charognes n’aillent pas nous foutre la peste ! concluait, dans un gargouillis d’entonnoir, la pocharde femelle d’un employé du cimetière.

Lorsqu’un prêtre vint, un peu avant l’aube, administrer la malade et lui porter le viatique, on s’abstint, il est vrai