Page:Bloy - La femme pauvre.djvu/399

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


puis elle retourne à sa solitude immense, au milieu des rues pleines de peuple.

Il n’y a qu’une tristesse, lui a-t-elle dit, la dernière fois, c’est de n’être pas des SAINTS…