Page:Bloy - Les Dernières Colonnes de l’Église, Mercure de France, 1903.djvu/218

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tenu dans ces deux formules. Cependant l’âme quasi-prophétique de Jehan Rictus le précipite surtout à la première. Sûr que les enfants ont un besoin éternel d’être allaités corporellement et spirituellement, le dernier degré de l’infortune est, à ses yeux, de n’avoir pas eu de part à cette douceur… Cela fait une détresse de toute la vie, la détresse des orphelins qui meurent de faim, à trois mois ou à quatre-vingt-quinze ans, pour n’avoir jamais pu téter leur mère !