Page:Boccace - Décaméron.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


envoyer dire qu’on ne t’attende pas ! mais tu montrerais encore plus de courtoisie, tu ne ferais même que ton devoir, en envoyant dire à tes compagnons de venir dîner ici ce soir ; après quoi, si tu voulais toujours t’en aller, vous pourriez partir tous ensemble. — » Andreuccio répondit qu’il ne voulait pas de ses compagnons pour ce soir, mais que, puisque cela lui faisait plaisir qu’il restât, cela lui était à lui très agréable. Alors elle fit semblant d’envoyer dire à son auberge qu’on ne l’attendît pas pour dîner ; et, après bon nombre d’autres propos, ils se mirent à table où ils furent splendidement servis de mets nombreux, et où elle fit durer adroitement le repas jusqu’à la nuit obscure. Quand ils furent levés de table, et comme Andreuccio voulait partir, elle dit qu’elle ne le souffrirait point, pour ce que Naples n’était pas une ville où on pouvait aller sûrement la nuit, surtout un étranger ; qu’en envoyant dire qu’on ne l’attendît pas pour dîner, elle avait fait également prévenir qu’il ne viendrait pas coucher. Andreuccio la crut, toujours dupe de sa bonne foi, et comme il lui était agréable d’être près d’elle, il resta. Après le dîner, ils causèrent longuement, et une bonne partie de la nuit s’étant écoulée, elle laissa enfin Andreuccio reposer dans sa chambre, avec un jeune garçon pour lui indiquer ce dont il aurait besoin, et elle se retira avec ses femmes dans une autre chambre.

« La chaleur était grande ; aussi Andreuccio, se voyant seul, se mit sur-le-champ en bras de chemise, ôta ses chausses et les jeta sur le lit. Sollicité par un besoin naturel d’expulser le superflu de son ventre, il demanda au petit garçon où cela pourrait se faire, et celui-ci le conduisit dans un angle de la chambre et lui montra une porte en disant : « — Entrez là. — » Andreuccio y entra en toute confiance, mais ayant mis le pied par aventure sur une planche dont le bout opposé était détaché de la solive, il tomba avec elle au fond de la fosse. Dieu le protégea assez pour qu’il ne se fît aucun mal dans sa chute, bien qu’il fût tombé de haut ; mais il fut tout embrenné de l’ordure dont l’endroit était rempli. Afin que vous entendiez mieux ce que je viens de dire et ce qui suit, il faut que je vous décrive cet endroit. Dans une petite rue — comme nous en voyons surtout entre deux corps de bâtiments — on avait établi, entre les deux maisons voisines, deux solives sur lesquelles on avait cloué quelques planches, en ménageant une place pour s’asseoir. C’était avec une de ces planches qu’il était tombé.

« Se trouvant donc au fond de la fosse, Andreuccio, fort marri de l’aventure, se mit à appeler le jeune garçon ; mais celui-ci, dès qu’il l’eut entendu tomber, s’était empressé d’aller le dire à la dame, qui courut promptement à sa chambre voir si ses vêtements y étaient. Les ayant trouvés