Page:Boccace - Décaméron.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



  Pour quoi je possède en ce monde
  Ce que je désire, et j’espère avoir la paix en l’autre,
  À cause de l’entière fidélité
  Que je lui porte : Dieu qui voit cela,
  Dans son royaume nous le concédera aussi.


Après celle-ci, on en chanta plusieurs autres, et l’on fit plusieurs danses, et l’on sonna de divers instruments. Mais la reine estimant qu’il était temps d’aller se reposer, chacun s’en alla à sa chambre, précédé par les torches ; et ayant vaqué, les deux jours suivants, aux choses dont la reine avait tout d’abord parlé, ils attendirent le dimanche avec impatience.



―――――