Page:Boccace - Décaméron.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour m’envoyer, pas plus tard qu’hier, une femme m’apporter de ses nouvelles et me conter ses frasques, et comme si je n’avais pas de bourses et des ceintures, il m’a envoyé une bourse et une ceinture ; ce que j’ai eu et j’ai si fort pour mauvais, que je crois, si je n’avais pas eu peur de pécher, et puis à cause de votre amitié pour lui, que j’aurais fait le diable ; mais pourtant je me suis calmée, et n’ai rien voulu faire avant de vous le faire savoir. En outre, j’avais déjà rendu la bourse et la ceinture à cette espèce de femme qu’il m’avait envoyée, pour qu’elle les lui reportât, et je lui avais donné un congé brutal, mais craignant qu’elle les gardât pour soi et lui dît que je les avais acceptées, comme j’entends dire qu’elles font quelquefois, je les lui redemandai, et, pleine de dédain, je les lui enlevai des mains ; et je vous les ai apportées pour que vous les lui rendiez et lui disiez que je n’ai pas besoin de ses présents, pour ce que, grâce à Dieu et à mon mari, j’ai tant de bourses et de ceintures que je les noierais dedans. Après cela, je vous en demande pardon comme à un père, mais s’il ne cesse pas son manège, je le dirai à mon mari et à mes frères, et advienne que pourra ; car j’aime beaucoup mieux qu’il reçoive un affront, s’il doit en recevoir un, que d’être blâmée à cause de lui, n’est-ce pas, mon père ? — » Cela dit, et tout en pleurant beaucoup, elle tira de dessous sa robe une très belle et riche bourse, ainsi qu’une jolie et précieuse petite ceinture, et les jeta sur les genoux du moine, qui les prit, croyant pleinement ce que la dame disait, et, courroucé outre mesure, dit : « — Ma fille, si tu te tourmentes de ces choses, je ne m’en étonne point et je ne saurais t’en blâmer ; mais je loue fort qu’en ceci tu suives mon conseil. Je l’ai réprimandé l’autre jour et il a mal tenu ce qu’il m’avait promis. Pour quoi, autant pour cela que pour ce qu’il a fait de nouveau, je crois que je lui réchaufferai de telle façon les oreilles, qu’il ne te donnera plus de souci ; et toi, avec la bénédiction de Dieu, ne te laisse pas vaincre assez par la colère pour le dire à l’un des tiens, car il pourrait s’ensuivre trop de mal. Ne crains pas que de cela aucun blâme arrive jamais, car je serai toujours, et devant Dieu et devant les hommes, très ferme témoin de ton honnêteté. — » La dame fit semblant de se consoler un peu, et ayant laissé ce sujet, en personne qui connaissait l’avarice du moine et celle de ses autres confrères, elle dit : « — Messire, ces nuits dernières me sont apparus plusieurs de mes parents, et il me semble qu’ils sont en grandissime peine et ne demandent pas autre chose que des prières, et spécialement ma mère, qui me paraît si affligée et si malheureuse, que c’est une pitié de le voir. Je crois qu’elle souffre de très grandes peines