Page:Boccace - Décaméron.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dames dont ils dirent force bien et louanges. Pour quoi, le roi ayant fait venir le sénéchal, lui ordonna d’y apprêter le dîner pour le lendemain, et d’y faire apporter des lits dans le cas où quelqu’un voudrait y dormir ou y faire la sieste. Après quoi, ayant fait venir des lumières, du vin et des confetti avec lesquels ils se réconfortèrent légèrement, il ordonna que chacun se préparât à danser. Pamphile, ayant sur son ordre organisé une danse, le roi se tourna vers Elisa et lui dit gracieusement : « — Belle jeune dame, tu m’as fait aujourd’hui honneur de la couronne, et je veux, ce soir, te faire honneur de la chanson ; et pour ce, dis celle qui te plaira le mieux. — » À quoi Elisa répondit en souriant qu’elle le ferait volontiers ; pais elle commença d’une voix suave de la façon suivante :

  Amour, si je puis sortir de tes griffes,
     J’ai peine à croire
     Qu’aucun autre croc me prenne jamais.

  Je me jetai toute jeune à travers ta bataille,
     La croyant une suprême et douce paix,
     Et je déposai toutes mes armes
     Comme fait celui qui a confiance,
     Mais toi, tyran déloyal, âpre, et rapace,
     Tu te jetas aussitôt sur moi
     Avec tes armes et tes ongles cruels.

  Puis, une fois que je fus liée de tes chaînes,
     À celui qui est né pour me faire mourir,
     Moi, pleine de larmes amères et de chagrins,
     Tu me livras prisonnière et me mis en son pouvoir.
     Et sa tyrannie est si cruelle,
     Que jamais ne l’ont émue
     Soupirs, ni pleurs qui me tuent.

  Toutes mes prières, le vent les emporte ;
     Il n’en écoute et n’en veut écouter aucune.
     Pour quoi mon martyre croît à chaque heure,
     La vie m’est un ennui, et je ne sais pas mourir.
     Hélas ! Seigneur, aie pitié de ma peine
     Et fais, toi, ce que je ne puis faire :
     Livre-le moi lié de tes liens.

  Si tu ne veux pas faire cela, dénoue au moins
     Les liens noués par l’espérance.
     Hélas ! je te prie, Seigneur, de le vouloir.
     Si tu le fais, j’emporte encore la certitude