Page:Boccace - Décaméron.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


belle figure. À toutes ces choses, Dieu veuille pourvoir, comme aux âmes des gens simples qui nourrissent ces fainéants, car il en est bon besoin.

« Frère Renauld étant donc retourné à ses premiers appétits, recommença à faire de fréquentes visites à la commère et, son audace croissant, il se mit à la presser, avec de plus vives instances qu’auparavant, pour ce qu’il désirait d’elle. La bonne dame se voyant pressée de la sorte, et frère Renauld lui paraissant plus bel homme qu’il ne lui avait paru tout d’abord, eut recours, un jour qu’il la sollicitait vivement, au moyen qu’emploient toutes celles qui ont bonne envie d’accorder ce qu’on leur demande, et elle dit : « — Comment, frère Renauld, les moines font-ils de pareilles choses ? — » À quoi frère Renauld répondit : « — Quand j’aurai ôté de mon dos ce capuchon — et je ne serai pas long à l’ôter — je vous semblerai un homme fait comme les autres, et non un moine. — » La dame fit bouche souriante, et dit : « — Hélas ! malheureuse que je suis ; vous êtes mon compère, comment une telle chose pourrait-elle se faire ? Ce serait un trop grand mal ; et j’ai souvent entendu dire que c’est un très gros péché ; et certes, s’il n’en était point ainsi, je ferais ce que vous voulez. — » À quoi frère Renauld dit : « — Vous êtes une sotte, si vous vous laissez arrêter par cela. Je ne dis pas que ce ne soit point un péché, mais Dieu en pardonne de plus grands à qui se repent. Mais dites-moi : qui est plus proche parent de votre fils, ou moi qui le tins au baptême, ou votre mari qui l’engendra ? — » La dame répondit : « — C’est mon mari qui est plus proche parent. — » « — Et vous dites vrai — repartit le moine — et moi qui suis moins proche parent de votre fils que ne l’est votre mari, je dois pouvoir coucher avec vous, absolument comme le fait votre mari. — » La dame, peu forte en logique et qui aurait eu besoin d’un peu d’esprit, crut ou fit semblant de croire que le moine disait vrai, et répondit : « — Qui saurait répondre à vos sages paroles ? — » Puis, nonobstant le compérage, elle consentit à faire selon son plaisir.

« Ils ne se bornèrent pas à cette première expérience, mais, sous le couvert du compérage, ayant toutes leurs aises, ils se retrouvèrent ensemble plus d’une fois. Mais il advint un jour que frère Renauld étant venu chez la dame, et voyant qu’il n’y avait personne qu’une petite servante très belle et très appétissante, l’envoya au colombier avec un sien compagnon qu’il avait avec lui, pour lui enseigner le Pater noster ; quant à lui, il entra avec la dame qui tenait son petit enfant par la main, dans la chambre à coucher, et s’étant enfermé avec elle, ils montèrent tous deux sur le lit et se mirent à se trémousser de leur mieux. Sur ces entre-