Page:Boccace - Décaméron.djvu/465

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quoi, messer le prévôt s’étant levé en sursaut, et voyant les lumières et tous ces gens autour de lui, fut pris de honte et de peur, et se cacha la tête sous les draps. L’évêque lui adressa de grands reproches, lui fit retirer la tête hors du lit et lui fit voir avec qui il était couché. Le prévôt, ayant reconnu la tromperie de la dame, devint soudain, tant par le dépit qu’il en eut, que par la honte qu’il éprouvait, l’homme le plus désespéré qui fût jamais. Sur l’ordre de l’évêque, s’étant revêtu, il fut envoyé sous bonne garde à la maison pour y faire grande pénitence du péché commis. L’évêque voulut ensuite savoir comment il se faisait qu’il fût venu coucher là avec la Ciutazza. Les jeunes gens lui dirent tout. Sur quoi l’évêque approuva fort la dame ainsi que les jeunes gens qui, ne voulant pas souiller leurs mains du sang des prêtres, avaient traité le prévôt comme il le méritait.

« L’évêque lui fit pleurer son péché pendant quarante jours, mais l’amour et le dépit le lui firent pleurer plus de quarante-neuf, sans compter que de longtemps il ne pouvait passer dans la rue sans être montré du doigt par les enfants qui disaient : « — Vois celui qui couche avec la Ciutazza. — Ce qui lui causait un si grand ennui, qu’il faillit quasi en devenir fou. Et c’est ainsi que la valeureuse dame se débarrassa de la poursuite importune du prévôt, et que la Ciutazza gagna une chemise et une bonne nuit. — »



NOUVELLE V


Trois jouvenceaux tirent les culottes à un juge marquisan venu à Florence, pendant qu’il tenait l’audience sur son siège.


Émilia avait fini son récit, et la veuve avait été approuvée par tous, quand la reine, regardant du côté de Philostrate, dit : « — C’est à toi maintenant de parler. — » Pour quoi, Philostrate répondit sur-le-champ qu’il était prêt, et commença : « — Délectables dames, le jouvenceau dont Élisa vous a parlé, il y a un moment, c’est-à-dire Maso del Saggio, me fait laisser une nouvelle que j’entendais vous dire, pour vous en conter une sur lui et sur ses compagnons, laquelle nouvelle, encore qu’elle n’ait rien de déshonnête, — quoiqu’elle contienne des expressions que vous avez vergogne d’employer d’habitude, — prête néanmoins tellement à rire, que je vous la dirai.

« Comme vous pouvez toutes l’avoir entendu dire, il vient souvent en notre cité des recteurs de la Marche, les-