Page:Boccace - Décaméron.djvu/495

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


douleur qu’il faillit en mourir ; et n’eût été qu’il craignait Zeppa, il aurait dit de grosses injures à sa femme, tout enfermé qu’il était. Cependant, en songeant que l’offense avait commencé de son chef, et que Zeppa avait raison de faire ce qu’il faisait, et qu’il s’était comporté envers lui humainement et comme un camarade, il se dit qu’il devait rester plus que jamais l’ami de Zeppa, si celui-ci y consentait.

« Zeppa, après être resté avec la dame autant qu’il lui plut, descendit de la caisse, et comme la dame lui demandait le joyau qu’il lui avait promis, il ouvrit la porte de la chambre et fit rentrer sa femme, laquelle ne dit autre chose que ceci : « — Madame, vous m’avez rendu un pain pour une fouace. — » Sur quoi, elle se mit à rire. Zeppa lui dit alors : « — Ouvre cette caisse — » ce qu’elle fit, et Zeppa montra à la dame son Spinelloccio. Il serait trop long de dire lequel des deux eut le plus de honte, du Spinelloccio à la vue de Zeppa et sachant que ce dernier savait ce qu’il avait fait, ou de la dame voyant son mari et comprenant qu’il avait entendu et senti ce qu’elle lui avait fait sur la tête. Zeppa lui dit : « — Voilà le joyau que je te donne. — »

« Spinelloccio, étant sorti de sa caisse, sans trop faire de réflexions, dit : « — Zeppa, nous sommes quitte à quitte ; et pour ce, il est bon, comme tu le disais tout à l’heure à ma femme, que nous restions amis, comme d’habitude ; et puisqu’entre nous deux il n’y a que nos femmes qui ne soient pas en commun, il faut les mettre en commun elles aussi. — » Zeppa y consentit, et dans la meilleure entente du monde tous les quatre déjeunèrent ensemble. À partir de ce jour, chacune de ces dames eut deux maris, et chacun de ceux-ci eut deux femmes, sans que jamais la moindre contestation ou la moindre querelle s’élevât entre eux à ce sujet. — »




NOUVELLE IX


Maître Simon, médecin, ayant été conduit de nuit en certain lieu par Bruno et Buffamalcco pour faire partie d’une troupe qui allait en course, est jeté par Buffamalcco dans une fosse d’ordure et y est laissé.


Après que les dames eurent quelque peu plaisanté sur la communauté des femmes des deux Siennois, la reine à laquelle il restait seule à parler pour ne pas faire tort à Dioneo, commença : « — Amoureuses dames, Spinelloccio méritait