Page:Boccace - Décaméron.djvu/496

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fort bien l’injure qui lui fut faite par Zeppa ; pour quoi, il ne me semble pas qu’il faille aigrement blâmer, comme Pampinea voulait peu auparavant nous le montrer, quiconque trompe celui qui court au-devant de la tromperie ou qui la mérite ; Spinelloccio avait mérité d’être bafoué, et moi j’entends vous parler de quelqu’un qui était allé chercher son propre dommage, estimant que ceux qui le lui firent subir ne sont point à blâmer, mais sont au contraire dignes de louanges. L’aventure arriva à un médecin qui retourna de Boulogne à Florence tout couvert de poil de vair[1], bien qu’il ne fût qu’un ignorant.

« Comme nous le voyons chaque jour, nos concitoyens nous reviennent de Bologne, qui juge, qui médecin, qui notaire, avec les robes longues et larges, couleur d’écarlate et doublées de vair, et avec d’autres grandissimes apparences ; quant aux faits qui s’ensuivent, nous les voyons aussi chaque jour. Parmi ces faux savants, un maître Simone da Villa, plus riche de biens paternels que de science, nous revint, il n’y pas longtemps, docteur en médecine, selon ce qu’il disait lui-même, vêtu d’écarlate et coiffé d’une grande cornette, lequel prit une maison dans la rue que nous appelons aujourd’hui la rue du Concombre. Ce maître Simone tout nouvellement venu, comme je viens de le dire, avait entre autres remarquables habitudes, celle de demander à la personne qui se trouvait avec lui le nom de tous ceux qu’il voyait passer dans la rue ; et comme s’il avait dû composer les médecines qu’il donnait à ses malades d’après l’attitude des gens, il prêtait attention à tous et les recueillait en sa mémoire. Parmi ceux qui attirèrent plus particulièrement ses regards, il y eut deux peintres, dont il a été déjà parlé ici deux fois en ce jour, Bruno et Buffamalcco, qu’on voyait continuellement ensemble et qui étaient ses voisins. Et comme il lui parut que les deux compères s’embarrassaient moins de soucis et vivaient plus joyeusement que qui que ce fût au monde, ce qui était en effet, il s’informa à plusieurs personnes de leur condition. Chacun lui ayant dit qu’ils étaient de pauvres peintres, il se mit dans la tête qu’il n’était pas possible que leur pauvreté leur permît de vivre si joyeusement ; mais il pensa, pour ce qu’il avait entendu dire que c’étaient des hommes pleins d’astuce, qu’ils devaient tirer de grandissimes profits d’une autre façon qu’on ne connaissait pas. Pour quoi, il lui vint le désir de se lier avec eux, si c’était possible, ou tout au moins avec l’un deux. Il eut l’occasion de faire connaissance de Bruno, et celui-ci ayant au bout de quelques jours reconnu que ce médecin était un sot animal, se mit à tirer de lui le plus bel amusement du monde,

  1. Qui revint à Florence docteur en médecine. La marque distinctive des docteurs était alors la robe d’écarlate et le bonnet doublé de peau de vair.