Page:Boccace - Décaméron.djvu/559

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


   Qui sitôt qu’il les sent, vient de lui-même
   Me donner soulagement, et arrive juste au moment
   Où je suis prête à m’écrier : ah ! viens, ne me désespère pas !


Le roi et toutes les dames applaudirent beaucoup la chanson de Néiphile ; après quoi, la nuit étant déjà fort avancée, le roi commanda que chacun allât se reposer jusqu’au jour.