Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAMPAGNE.

J’ai cette gloire-là.


LE BARON.

J’ai cette gloire-là.Vous osez me le dire ?


CHAMPAGNE.

Je croyois que les Vers…


LE BARON.

Je croyois que les Vers…Non, je n’en veux plus lire.


CHAMPAGNE.

J’en ai pourtant de beaux & qu’on approuve fort.


LE BARON.

Ce drôle est séduisant.


CHAMPAGNE.

Ce drôle est séduisant.Pour commencer d’abord,
Voulez-vous du permis ?


LE BARON.

Voulez-vous du permis ? Oui, lui seul peut me plaire.
L’esprit qui fait rougir excite ma colere.


CHAMPAGNE.

J’ai là dequoi choisir.


LE BARON.

J’ai là dequoi choisir.Je cede malgré moi.
Montrez-moi tous les Vers qu’on a faits pour le Roi.


CHAMPAGNE.

Monsieur, voici du tout un, volume très-ample.


LE BARON.

Grand Dieu ! quelle brochure ! ah ! plus je la contemple,
Plus j’admire en secret son énorme grosseur.


CHAMPAGNE.

On doit la respecter ; c’est l’ouvrage du cœur.


LISETTE.

Ainsi que vous, Monsieur, je demeure étonnée.


CHAMPAGNE.

Ce ne sont là pourtant que les Vers de l’année.


LISETTE.

Comme ils ont donné !